La chaudière gaz à condensation

Je vais donc aborder la solution qui présente selon moi le meilleur rapport coût d’investissement / coût d’utilisation / économies réalisées (à ce jour): la chaudière gaz à condensation.


Chaudière gaz à condensationIl s’agit d’un appareil qui génère de la chaleur grâce à la combustion du gaz. L’énergie créée permet de transmettre des calories à l’échangeur. Ensuite celui-ci diffuse la chaleur via les émetteurs de votre système de chauffage (radiateurs ou plancher chauffant) au logement.

Le principe de la condensation est simple : la chaudière récupère les calories des fumées (chaleur latente) générées par la combustion du gaz. Ces calories réchauffent le retour du circuit de chauffage avant de repasser par le corps de chauffe pour compléter la chaleur manquante et enfin repartir dans le réseau hydraulique (départ) de votre installation de chauffage.

Optimiser le fonctionnement de la condensation

Pour optimiser le fonctionnement de la condensation, il faut réunir plusieurs éléments :

  • Une température de départ la plus faible possible (obtenue en grande partie grâce à la sonde extérieure qui ajuste la température du départ de votre circuit de chauffage en fonction de la température extérieure). La bonne valeur étant au moins inférieure à 55°C (point de rosée pour le gaz – température à laquelle l’eau change d’état selon une certaine teneur en CO2 et pour le gaz réseau G20).
  • Des émetteurs correctement dimensionnés : on parle de surface d’échange. Une surface importante permet d’abaisser la température de départ et ainsi d’avoir une température de retour très faible. C’est de cette manière que l’on récupère le plus de calories dans la chaleur latente des fumées.

Cependant, l’installation d’une chaudière à condensation présente une contrainte technique : l’évacuation des fumées. Ce sont des chaudières étanches : l’air qui sert pour la combustion du gaz est pris à l’extérieur, d’où le nom de chaudière à ventouse (étanche). Il s’agit d’un double conduit (généralement de diamètre 100mm extérieure et 60mm intérieur) qui prend l’air et rejette les fumées dehors.

Deux solutions pour la pose :

  • Sortir la ventouse sur le mur extérieur le plus proche de la chaudière (le cas le plus répandu – attention toutefois aux règles d’implantation de la ventouse: proximité d’une bouche d’aération et / ou fenêtre)
  • Tuber le conduit de fumée pour sortir en toiture ou en tête de cheminée (solution la plus contraignante et la plus onéreuse) – (voir illustration pour une ventouse de chaudière gaz condensation).

Chaudière à ventouse Pour une chaudière à ventouse verticale, le coût de l’installation du tubage comprend la longueur du flexible spécifique (environ 35€ HT le mètre linéaire) et les accessoires en entrée et sortie de cheminée, 150 à 200€ HT le tout.

Grâce à la condensation et en remplissant un maximum de conditions décrites plus haut, vous pouvez réaliser jusqu’à 30% d’économies d’énergies.

L’investissement pour la pose d’une chaudière gaz à condensation représente un budget de 3000€ TTC à 6000€ TTC suivant le modèle (mixte, avec ou sans réserve d’eau chaude) et suivant la marque: Chappée, Viessmann, Frisquet, Brötje, De Dietrich. Sans compter une autre variable: les accessoires pour pérenniser votre chaudièr

Je vous laisse le soin de faire une simulation sur mon site de simulation de chiffrage afin de connaître le budget pour un remplacement de chaudiere. Vous aurez également une estimation de votre consommation actuelle et les économies réalisées grâce à la solution proposée !

Dans certains cas, la chaudière gaz à condensation ne peut être installée facilement. Il existe donc un autre modèle disponible: la chaudière gaz à haut rendement (appelée aussi chaudière basse température).

Ce sont des chaudières au rendement élevé sans être à condensation. Les chaudières à condensation avoisinent les 110/115% de rendement (sur PCS Pouvoir Calorifique Supérieur). Quant aux chaudières à haut rendement elles sont proches des 90%.

Pour information, les choses évoluent: les chaudières haut rendement ne remplissent pas les critères pour la RT 2012. Elles sont donc proscrites dans le neuf ! A ce jour il reste possible d’en installer en remplacement… jusqu’à nouvel ordre !

Le rendement des chaudières âgées

Parlons maintenant du rendement des chaudières âgées. J’ai entendu un nombre incalculable de fois (trop !) lors d’échanges: « Ma chaudière a 30 ans elle fonctionne à merveille ! Je ne la change pas ! » Certes, elle fonctionne… mais question rendement elle doit être avoisiner les 70% voir moins… Oui elle fournit encore du chauffage (voir de l’eau chaude) mais sa consommation est bien supérieure à une chaudière à condensation !

J’en veux pour preuve les nombreux témoignages de mes clients. Après une ou plusieurs années de fonctionnement, tous les retours sur les économies (en volume) sont entre 30 et 50%…

Plusieurs explications: l’emplacement de la chaudière (la Règlement Thermique – RT oblige à mettre la réserve d’eau chaude dans un local isole ET chauffé), l‘âge de la chaudière, les accessoires de régulation (sonde extérieure et sonde d’ambiance programmable) et le dimensionnement de la réserve d’eau chaude.

Pour vous aider à naviguer, un menu rapide des chapitres du guide du chauffage :